Je ne vais pas suivre la notice... Eh oui, je ne peux pas m'en empêcher...
Je veux finir le fuselage avant d'attaquer les volets et les ailerons.

J'ai donc mis des écrous à griffes pour tenir l'aile. Maintenant elle fait totalement corps avec le fuselage. C'est l'heure de coller les empennages... Attention, il faut avoir "les yeux bien en face des trous" car là, c'est l'étape à ne pas rater!

J'ai dû reponcer l'assise du stab' pour que le stab' soit à peu près aligné avec l'aile. Je repère son centre ainsi que celui de l'assise. Une épingle permet de maintenir au centre tout en laissant libre de pivoter pour d'ajuster la géométrie. Enfin, Collage à l'époxy 10 minutes (au montage à blanc tout était au poil donc j'ai pris de l'époxy rapide).

BILD0066

Tout est fait sur le support: c'est à ma hauteur et ça permet de faire pivoter l'ensemble sans tout dérégler.

Petite remarque: je n'ai pas fait tout de suite le chanfrein qui permet aux guignols de profondeur de bouger vers l'intérieur. Je ne comprends pas trop pourquoi la notice préconise de le faire anvant le collage du stab... C'est bien plus facile après! Par contre, j'ai fait les fentes qui viennent recevoir les charnières.

BILD0064

Cette fois-ci, ce n'est plus un montage à blanc!!

corsair3

Notez que j'ai mis un renfort en fibre sur les ailes (bandeau de 10 cm de 80g/dm²) pour faire une liaison mécanique entre les coffrages.

L'étape suivante est la réalisation des commandes de profondeur. Il faut être extrèmement soigneux car ces commandes ne seront plus accessibles une fois le fuselage terminé.

Cela fait un moment que je réfléchis au problème suivant :

Lorsque j'applique ce qu'indique la notice, les débatements me paraîssent bien faibles en piqueur (15-20° de piqueur maxi). Même si l'avion n'est pas fait pour faire des remontés dos, on ne sait jamais, un jour si je suis mal pris, je préfère savoir que j'ai la possibilité de le faire. Par contre en cabreur, le guignol par vers l'arrière et l'amplitude n'est pas limitée.

Ce phénomène n'est pas dû au chanfrein, il est suffisemment ample. En fait, à partir d'une certaine inclinaison, la guignol arrive dans son axe et ne bouge plus.

chanfrein

De plus lorsque l'on garde des 27mm d'entre-axe, la commande se tord et force sur le guignol.

Bref, je ne voyais plus comment faire...  Sans compter que, du côté du servo, la course possible est assez faible en raison de la taille relativement petite des paloniers qu'il est possible d'installer.

Mais mon ami Georges est venu me voir ce matin , il était en pleine forme et m'a trouvé une solution toute simple. Il suffit de tordre le guignol vers l'arrière. En inclinant de 15°, cela ne gène en rien la possibilité de cabrer puisqu'il n'y a pas de limite de ce côté. En revanche, cela donne 15° supplémentaires pour l'ordre à piquer. Bien vu Herr Doktor!!!

J'ai aussi abaissé la taille à 20mm au lieu des 27 donnés. Ainsi, la commande coulisse sans forcer!

guignol

Voilà les guignols en place :

mont_

Dommage qu'on ne m'ait pas donné cette idée avant, j'en aurais fait de même pour la dérive. D'ailleurs, il n'est peut-être pas trop tard, lorsque je vais faire le trou pour le passage du train arrière, il me semble que la commande de dérive sera accéssible... Mais ce n'est pas évident car je peux aussi risquer de tout casser. Ce sera à voir...

L'arrière du fuselage est peut-être la partie la plus délicate que j'ai eu à faire jusque-là. On en vient à bout mais il faut poncer pour "former" l'ensemble des pièces.
J'ai dû me fabriquer une cale à poncer ronde (papier de verre collé sur un rouleau en carton) pour réaliser le pied de dérive.

ar1

J'ai aussi mis les charnières c'est obligatoire pour sculter le balza à la forme de la dérive. (Nota: Je hais les charnières-bâtons, ce n'est pas facile à aligner...

ar2

Vue arrière :

ar3

Mais avec un peu de patience on n'arrive à ce résultat (notez que j'ai découpé la verrière) :

ar4

ar5

ça commence à ressembler à quelque chose !!!